A Jerada, ville située à une soixantaine de kilomètres d’Oujda la capitale de l’Oriental marocain, deux frères Jadwane et Houcine âgés de 21 et 27 ans, pères respectivement d’un garçon et de deux jeunes filles, sont décédés vendredi 24 décembre.

Noyés à 90 mètres de profondeur dans les galeries d’une mine creusée de façon artisanale pour y extraire du charbon, leur seule source de revenu, leurs corps ont été remontés après vingt-quatre heures d’efforts fournis par la population venue porter son aide aux membres de la Protection civile.

Ce drame soulève la question du développement économique de cette région possédant avec 24% le taux de chômage le plus élevé du royaume.                                                                                                                                      En 2001 ont été fermés les Charbonnages du Maroc mis en exploitation en 1927 sans qu’aucune alternative à l’exploitation de ces anciennes mines d’anthracite n’ait été trouvée pour les 7000 mineurs de Jerada devenus malheureusement des chômeurs aux indemnités trop insuffisantes .

Ce sont des difficultés économiques et sociales de plus en plus insurmontables qui ont poussé et poussent encore quelques 2000 à 3000 jeunes hommes à risquer tous les jours leur vie en descendant dans ces tunnels mal éclairés, mal étayés, en prise direct avec les dangers des coups de grisou et des éboulements.

A Avignon, la solidarité s’organise et nous relayons ici l’appel aux dons lancé par l’association « Les Marocains d’Avignon » pour venir en aide à celles et ceux que l’exploitation du charbon pousse inexorablement vers la tristesse et le deuil

https://www.leetchi.com/c/solidarite-jerada

Par avance, merci pour votre générosité !

Crédit photo : Mehdy Mariouch