Le 11 juin 2017, au soir du premier tour des élections législatives, nous pouvions constater pour la 1ère circonscription du Vaucluse une abstention record de 60%, la candidature de « La République En Marche » défendue par Jean-François Césarini arrivée en tête devant le Font National avec 30,09% des votes exprimés et celle de « La France Insoumise » incarnée par Amandine Laugier classée troisième sur laquelle se seront portées 4090 bulletins de vote, soit 12,96 % des suffrages.

Si la victoire d’Emmanuel Macron a été ce 07 mai 2017 non pas un séisme mais à l’instar du big bang cosmologique, l’origine d’un nouvel univers politique voué à l’expansion, la présence d’Amandine Laugier dans le trio de tête aux législatives tient alors d’un phénomène de causalité, d’une continuité spatio-temporelle qui l’inscrit de façon linéaire avec la performance de Jean-Luc Mélenchon qui a su arriver en tête dans pratiquement tous les bureaux de vote avignonnais au soir du premier tour de la présidentielle !

Mais depuis, qu’est donc devenue celle qui a séduit ce beau soir de juin 2017 tout cet électorat traversé par de fortes aspirations à vouloir davantage d’équité et à espérer ardemment l’amélioration de sa condition ?

Educatrice spécialisée dans la protection de l’enfance, elle intervient en centre-ville et travaille sur le quartier de la Reine-Jeanne. Syndicaliste à la CGT, elle est encartée au NPA mais milite à « La France Insoumise » au sein d’un groupe d’action unitaire dont elle a été à l’initiative. Véritable collectif d’action où se retrouvent entre autres des militants d’Europe Ecologie Les Verts, ceux de Nouvelle Donne, ceux d’« Ensemble ! », ceux du PCF ou ceux de l’union syndicale « Solidaires ».

Amandine Laugier déclarera à ce sujet : « Pour que la bataille aille jusqu’au bout et ait une chance d’être victorieuse, nous aurons besoin de l’unité la plus large possible de l’ensemble des forces engagées sur le champ des luttes et de la résistance à ce gouvernement. C’est l’une des conditions indispensables pour qu’un maximum de salarié(e)s, de citoyen(ne)s sentent possible une victoire et décident de s’y engager ».

Amandine Laugier ne lâche rien ! Elle est restée très proche des habitants des quartiers populaires.

Elle est présente sur le terrain et au-devant de toutes les luttes locales : celle contre la fermeture de la maternité à Valréas, celle contre la fermeture de classes aux Olivades ou à la Barthelasse et celle contre la réduction des services postiers à St Ruf ou à la place Pie.

Trouvée sur tous les fronts de la contestation et portée par la conviction profonde que l’humain doit rester au centre de toutes les préoccupations, Amandine Laugier est notamment contre l’extrême droite, contre toutes les attaques du gouvernement, contre la fermeture des services publics de proximité, contre la réforme de l’université, pour une régie publique de l’eau et pour un accueil digne des migrants… Ainsi annoncé, cela a le mérite d’être clair !

Ayant su hisser « La France Insoumise » à un score plus qu’honorable en 2017, plaçant le mouvement comme le premier parti politique de gauche à Avignon et forte de ce capital d’adhésion électoral, Amandine Laugier aurait-elle là toute la légitimité requise pour conduire la liste des Insoumis aux municipales de 2020 ?

La logique le voudrait ainsi mais reste à attendre que les 250 militants du mouvement organisés en plusieurs groupes à thème intitulés « Festival d’Avignon », « Conseil Municipal », « Energies » ou « Agora » se réunissent en plénière, créent le consensus et décident de l’identité de la tête de liste capable de les mener jusqu’à la victoire en 2020.