Sur une des rives du Rhône, il est maire. Sur l’autre, son action… forte, son discours… pragmatique et fédérateur, sa proximité de tous les jours, week-end compris, séduisent. Comment, dans ces conditions, le milieu politico-journalistique ne peut-il pas conjecturer sur le devenir d’Avignon et sur celui qui y signe de son empreinte une transformation pour la moins remarquée.

Jean-Marc Roubaud l’assure « Être candidat, c’est un sprint final, il faut être animé par une véritable motivation pour cette course. Aujourd’hui, je ne pense qu’à ma mission au sein du Grand Avignon. Pour le reste, vous savez, je suis très attaché à la réussite de notre projet.»

Pharmacien de son état, il a longtemps tenu une officine rue de la République à Avignon. Maire de Villeneuve-Les-Avignon depuis 23 ans, Président de la communauté d’agglomération du Grand Avignon et Président de l’association Grande Provence qui réunit 16 collectivités du grand delta rhodanien, l’élu a de quoi être bien occupé.

Cet homme a gardé du privé l’habitude d’être, avant le personnel, à son poste très tôt le matin, d’en partir tard le soir, éteignant les dernières lumières et fermant derrière lui la porte. Pour les plus proches de ses collaborateurs, rien d’inhabituel quand les premiers messages fusent et leurs sont destinés dès 6h00 !

C’est dans le calme de ces débuts de matinée, avant que les emplois du temps surchargés le happent, qu’il prend le temps de lire son courrier et tous les mails de ses administrés. Le temps aussi de parcourir la presse et s’évertuer à avoir des nuances de son environnement immédiat une connaissance aussi précise que possible.

Il commence ainsi une journée de travail qui très vite s’emballe de rendez-vous en déplacements, de déplacements en réunions de chantier, de comités de pilotage en audiences avec ses concitoyens.  Peu de place laissée pour une pause-déjeuner ordinaire qu’il veut alors frugale afin de garder pour sa mission publique prévue l’après-midi toute l’énergie nécessaire.

«…À Villeneuve-Les-Avignon, la qualité de vie a été préservée, la ville a été modernisée, et cela dans le respect du patrimoine…». Pour Avignon, Jean-Marc Roubaud pourrait sensiblement faire la même déclaration et cela au regard des projets que le Grand Avignon impulse et soutient dans la cité des Papes.

On peut notamment constater une contribution financière très forte pour la réalisation du chemin des Canaux, un axe dédié aux modes de locomotion dits « doux » ; un leadership reconnu sur le dossier de la rénovation urbaine de St Chamand, des quartiers nord-est et de la Rocade qui devrait moderniser habitats, espaces et équipements publics pour les 10 ans à venir. Par le Contrat de Ville, le Grand Avignon trace la voie de la solidarité et celle de l’implication des habitants à travers les Conseils citoyens, faisant fi du désengagement financier des partenaires institutionnels.

Récupérant un bâtiment communal en fort mauvais état, le Grand Avignon a investi quelque 20 millions d’euros pour la construction de la salle provisoire « Opéra Confluence » et la restauration de l’opéra situé place de l’Horloge dont la livraison est prévue à l’automne 2019.

Collectivité d’investissements, le Grand Avignon abonde dans ce qui, de prime abord, ne se devine guère mais aide à réaliser une ville davantage écologique : si aujourd’hui, l’Agence de l’eau s’engage à financer à hauteur de 6,7 millions d’euros des travaux sur les réseaux d’eau et d’assainissement estimés à 16 millions d’euros, c’est qu’ils ont su être jugés à la fois ambitieux et efficaces.

En matière de réussite économique du territoire, on attendait au tournant le président du Grand Avignon sur sa capacité à remettre les voyants au vert. Les premiers résultats sont tombés. Ce sont aujourd’hui plus de 14000 offres d’emplois créées, faisant passer Avignon, devant Cannes, de la 6ème à la 5ème place du classement des villes les plus dynamiques de la région Sud !

Si le projet de la construction de la seconde ligne de tramway Ile Piot – Saint-Lazare a été une décision votée et adoptée sans appel, y compris par certains qui s’étaient alors opposés lors du choix fait en faveur du tram, c’est qu’il s’est déterminé au sein de l’institution communautaire un large consensus à souligner toute la cohérence de l’action et à reconnaître les prochains contours avignonnais comme ceux d’une « ville neuve » !

Avec la première ligne de tramway livrée en 2019, ce sera une véritable requalification urbaine à laquelle Jean-Marc Roubaud aura largement contribuée. Et à la tête du Grand Avignon, c’est de là qu’il peut, depuis 2014, se saisir et actionner des leviers suffisamment puissants capables d’inscrire notre ville dans le cercle vertueux de l’attractivité et la spirale de la prospérité.

Alors, le distinguer comme le véritable homme fort d’Avignon, il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas à franchir allègrement. A ceux-là, Jean-Marc Roubaud déclare parfois avec agacement ne pas vouloir perdre son temps à se projeter vers les municipales de 2020, ne sachant pas connaître à l’avance ce que sera alors son « état d’esprit ».

Sauf que, tout de même, à l’inverse des têtes de listes qui bientôt sortiront du bois à l’occasion de ces prochaines élections municipales, il peut d’ores et déjà se prévaloir pour Avignon d’un premier bilan assez flatteur. Ce qui constituerait en la matière la possession d’un solide et bel atout électoral… Mais de cela, que voulez-vous, il ne faut pas trop lui en parler !