Moilime Ramia a été un sportif avignonnais accompli, un athlète de haut niveau qui a tutoyé les sommets de la boxe professionnelle mondiale. Il détient en France l’un des plus beaux palmarès, jugez plutôt :

Champion de France professionnel de Full Contact en 1994, champion d’Europe professionnel de Full Contact en 1996, champion du monde professionnel de Full Contact et de Kick Boxing en 1997 et en 1998. Vainqueur du tournoi de France professionnel de boxe anglaise en 2003 et finaliste de la coupe de France de boxe anglaise toujours en professionnel en 2004.

Il ne s’est pas contenté de ses victoires et de ses titres glanés aux quatre coins de la planète. Non ! Il s’est formé et a obtenu le brevet d’état « Activités sportives pour tous », le brevet d’ « Instructeur Fédéral de boxe », le diplôme de « Prévot Fédéral de boxe » et enfin le Brevet d’Etat de boxe qui lui permettent aujourd’hui d’enseigner les bases et les subtilités du noble art.

C’est fort de son expérience et de ses diplômes qu’il fonde en 2012 le Box’Avignon qui deviendra début 2018, en accueillant des boxeuses et des boxeurs issus de toutes les communes du Grand Avignon, le Box’Grand Avignon.

Ouvert du lundi de 09h00 à 20h00 au samedi de 09h00 à 12h00, le Box’Grand Avignon compte actuellement 80 adhérents et les accueille non loin de la zone commerciale d’Avignon Nord.

Moilime Ramia a réussi le coup de force de démocratiser un sport de combat qui souvent ne dépasse pas les limites des quartiers les plus difficiles !

Ils sont amateurs de boxe et chefs d’entreprise, certain(e)s exercent des professions libérales ou sont étudiant(e)s et se familiarisent avec l’enchaînement de l’uppercut au foie et du crochet gauche à la mâchoire.

Ils sont handicapés et volent comme des papillons puis piquent comme des abeilles. Tous trouvent là un « coach » qui les suit de façon… personnalisée.

En effet, Moilime Ramia adapte son enseignement selon les besoins de chacun(e) et pour beaucoup, il s’agit de franchir un cap, de retrouver confiance en soi, de fixer des objectifs, de les atteindre et de nourrir une estime de soi trop souvent écorchée.

Le Box’Grand Avignon est aussi un beau club formateur qui a su transformer en quelques mois de simples pratiquants en champions pétris de qualités pugilistiques et promis à un bel avenir sportif.

C’est le cas de sa fille, Lilou Ramia qui, à 13 ans, a été la première Vauclusienne titrée en 2016-2017 championne de France en boxe éducative. La saison dernière, elle a su monter sur le podium terminant troisième des championnats de France chez les moins de 36 kilos.

Cet entraîneur décèle très vite les qualités de ces graines de champion et leur prépare un plan de carrière destiné à les faire progresser jusqu’à devenir les meilleurs sur le ring.

Michaël Robert, cet Avignonnais de 27 ans, cinq années de pratique et le voilà déjà devenu en seulement quatre ans de compétition 04 fois demi-finaliste au championnat de France amateur chez les moins de 91 kg. Ajouté à cela, finaliste du championnat de France pendant la saison 2016-2017 et membre de l’équipe de France, décrochant ainsi le statut de sportif de haut niveau… Et ce n’est pas fini !

Léa Réali, 21 ans, brillante sur tous les plans : dans les études avec en poche un bac S mention « Très bien », une première année en licence de mathématiques et une année de licence en langues étrangères appliquées. En boxe, pendant la saison 2017-2018, sa toute première année de compétition en « Boxe Elite », elle atteindra les quarts de finale du championnat de France en perdant de justesse contre la championne de France en titre.

En février 2018, elle a été convoquée en équipe de France pour disputer une rencontre internationale contre l’Italie et cet été, a rejoint les effectifs de cette même équipe de France lors du stage de préparation de la saison internationale 2018-2019. Léa Réali ne met les gants que depuis trois ans et la voilà déjà classée 5ème française chez les moins de 64 kg. Quel exploit !

Tout cela ne doit rien au hasard. C’est le fruit du long parcours d’un sportif devenu un maître en la matière. Statut tout approprié pour celui dont le prénom (Moilime) signifie « Celui qui maîtrise ! ».

Un expert qui a construit une véritable compétence : c’est la méthode « Moilime Ramia » qui sait tailler du sur-mesure sportif en observant, en identifiant, en ciblant et en préparant tout en fonction. Quel talent !

Ce talent sera d’ailleurs récompensé en obtenant en février 2018 un des trophées du sport vauclusien décernés conjointement par le C.D.O.S (Comité Départemental Olympique et Sportif) du Vaucluse et le conseil départemental. Et toujours en février 2018, il recevra des mains du préfet de Vaucluse la médaille de bronze de la jeunesse et de l’engagement associatif.

Alors, au moment où le service des sports avignonnais voit partir à la retraite son seul éducateur de boxe, M. Boumazza Michel, nous nous permettons de suggérer tout naturellement la candidature de Moilime Ramia qui, sans nul doute, représenterait pour ce service, pour Avignon et sa jeunesse, une véritable valeur ajoutée.

Les plus fragiles, les plus influençables de nos jeunes gens, celles et ceux qui ont peu, auraient la chance de côtoyer un éducateur capable de les aider à intégrer le refus de la facilité et le goût de l’indispensable effort. 

Il saurait les éloigner des pires turpitudes et les tirer des plus mauvais pas. Pour cela, il leur apprendrait la discipline. Il inculquerait respect et humilité. Il forgerait courage et détermination. Il trouverait les ressources nécessaires pour qu’ils puissent supporter les plus lourdes défaites et celles pour qu’ils puissent les sublimer en de belles victoires à venir.. Et c’est là tout le bien que Moilime Ramia leur veut !