M. Marchenay, le désormais ancien propriétaire de la patinoire, peut enfin jouir d’une belle et paisible retraite. Et nous la lui souhaitons ainsi ! Mais que ses derniers mois d’activité furent longs et rudes pour celui qui voulait vendre fin 2017 la seule patinoire du Vaucluse à la société foncière Cogedim spécialisée dans la construction et la promotion immobilière.

Une vente à laquelle s’était opposée la mairie se fendant alors d’un communiqué de presse le 22 février 2018 rendant compte de son plus grand intérêt à pérenniser la glissade en adoptant : « en conseil municipal un périmètre d’étude et un sursis à statuer sur ce quartier, ce qui signifie qu’aucun permis de construire ne sera accordé à une opération immobilière. ». Jusqu’à étudier « diverses possibilités d’installation d’une nouvelle patinoire, soit par une construction propre, soit par un contrat avec une société privée, soit une location-vente… ».

Alléluia ! Le 24 septembre 2018, le château municipal annonçait la bonne nouvelle dans un article intitulé : « Patinoire d’Avignon : le compromis de vente signé »

« Les présidents des deux clubs utilisant cet équipement, le Hockey club Avignon (les Castors d’Avignon) et le club de Patinage (CAPA 84), Madame le Maire d’Avignon et Monsieur l’Adjoint aux sports, se félicitent de cet aboutissement qui va permettre aux quelque 600 licenciés et aux milliers de pratiquants loisirs de s’adonner à nouveau à leur passion dès le 1er octobre prochain. ».

Les fanas du nez qui coule et M. Marchenay pouvaient pousser un grand ouf de soulagement, le quidam avignonnais, lui, pouvait tout naturellement s’interroger sur la curiosité de l’attelage constatant un traîneau placé avant les rennes !

En effet, le compromis de vente signé le 24 septembre 2018 fut annoncé le jour même en grande pompe sur le site officiel de la mairie sans qu’aucune délibération ne soit venue, comme il se doit, le sceller par un vote au conseil municipal. Cela l’a été lors de ce fameux conseil dominical du 30 septembre, soit 06 jours après, avec la 7ème délibération « Aide à l’immobilier d’entreprise – Convention à intervenir – Attribution de subvention » finalement adoptée.

Pour arriver à cet heureux dénouement et conserver à Avignon l’usage du patin, la mairie eut à choisir entre la société Synerglace et la société B2R.

Synerglace est une société créée en 1999, leader sur le marché « de la location de patinoires temporaires destinées avant tout à l’évènementiel public ou privé » et elle a « su s’accorder la confiance des gestionnaires de patinoires fixes, qui trouvent chez elle une large gamme d’équipements et d’accessoirisations de leurs établissements. ».

Celle-ci proposait le rachat de la patinoire au prix du propriétaire, un investissement de 1,5 millions d’euros pour tous les travaux de mise aux normes nécessaires, le maintien du prix dit « de glace » à 190 €/heure et son offre n’a pas été retenue.

B2R est une société essentiellement impliquée dans la location de terrains, biens immobiliers, bureaux, halls d’exposition, salles de conférence, boxes ou lieux de garages de véhicules, etc… Cette société est gérée en personne par le secrétaire des Castors d’Avignon, notre cher club de hockey local.

Avec celle-là, puisque c’est finalement B2R qui a été retenue, le rachat s’est aussi fait au prix du propriétaire. S’ajoute un investissement pour les différents travaux de mise en conformité à hauteur de 1 500 000 € HT et la vente s’est conclue. 2 700 000 € HT sont ponctionnés sur les fonds propres de la société B2R pour un coût total d’une opération financière estimée à 3 100 000 €… Mais alors quid du différentiel de 400 000 € ?

C’est le château municipal qui abondera en 2018 à hauteur de 200 000 €, puis en 2021 toujours à hauteur de 200 000 € pour contribuer à mettre aux normes l’édifice (à titre d’information complémentaire pour les courageu(ses)x et les initié(e)s, voir l’article L. 1511-3 du Code général des Collectivités Territoriales, résultant de la loi NOTRe du 7 août 2015, et au Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation)… Et selon nos sources, avec un prix de glace revu à la hausse compris entre 230 à 250 €/heure accompagné d’une subvention municipale dédiée de 60 000 €/an afin de compenser cette augmentation !

Après tout cela écrit, quelques questions se posent tout légitimement :

Comment peut-on clamé aussi prématurément, haut et fort, la signature du compromis de vente de la patinoire 06 jours avant que le conseil municipal ne la valide par sa mise en délibération ? Et comment la mairie peut-elle ainsi communiquer sur une transaction commerciale dans laquelle elle n’est pas directement partie prenante ?  

Quels sont les arguments dans cette transaction qui ont fait pencher la balance vers une société qui semble de toute évidence être moins qualifiée que sa concurrente dans l’entretien et le management d’une patinoire ?

Comment expliquer en ces temps d’austérité budgétaire le choix de B2R quand celle-ci fait glisser la mairie à venir compléter le montage financier par deux versements de 200 000 €, l’un prévu en 2018 et l’autre en 2021 ?

Toujours en ces temps de disette, selon nos sources, comment comprendre le choix de B2R quand celle-ci semble vouloir augmenter le prix horaire de glace et provoquer mécaniquement une subvention municipale compensatrice de 60 000 €/an qui serait allouée aux clubs de patinage et de hockey (sur la base du nombre d’heures louées la saison passée : 450 heures pour la patinoire + 600 heures pour le hockey x 60 €) ?

Comment des deniers publics peuvent-ils ainsi se retrouver à être versés au financement d’un équipement qui génèrera pour la société privée qui en a obtenu la gestion des bénéfices en monnaie sonnante et trébuchante ?

Enfin, parce qu’aucune donnée chiffrée n’est laissée à l’appréciation des Avignonnaises et des Avignonnais, combien coûte aujourd’hui à la collectivité le périscolaire quand il patine et combien il coûtera demain quand il patinera sous la tutelle de B2R ?

Allez, aucune figure imposée, le moins de chutes possible, pas trop de pirouettes… Et s’il vous plaît, quelques réponses !