Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se déplace ce jour pour s’entretenir et faire le point avec Cécile Helle sur les questions relatives aux conditions de sécurité qui prévaudront lors du prochain festival de théâtre.

Depuis toujours, responsables du « IN » et ceux du « OFF » ont su travailler de concert avec les autorités municipales et locales à la sécurité du plus important événement culturel de la région. Cette organisation a su être efficace sans que nous ayons eu à déplorer un incident d’une importante gravité. Après cela lu, touchons vite le morceau bois le plus accessible, et souhaitons que cela dur aussi longtemps que possible !

Depuis des lustres, aucune implication ministérielle n’a été remarquée dans l’appréciation des dispositions appliquées à la sécurisation du festival, et aucune « baraka » ministérielle n’a été tenue de l’accompagner. Pourquoi donc Christophe Castaner vient-il alors nous voir ?

Détail assez croustillant à relever et qui a été dévoilé en pleine conférence de presse : le ministre aurait été invité à se rendre jusque chez nous par le biais d’un sms émis par le téléphone portable du premier adjoint Michel Gontard.

Une ligne directe entre les deux bureaux ? Un téléphone rouge du château municipal jusque Place Beauvau qui offrirait la possibilité d’entrer directement en contact avec un ministre de la République et de surcroît avec l’intérieur de la « macronie » ! Et si nous devions voir dans ce défilé de voitures officielles à Avignon autre chose qu’une simple revue des troupes et du matériel ?

Oui, et si là se jouait pour Cécile Helle le premier acte de sa prestation à l’élection municipale ?

Et si tout simplement, le déplacement de Christophe Castaner vers Cécile Helle n’était que le rapprochement tout à fait opportuniste opéré par Cécile Helle vers La République En Marche afin d’en retirer comme bénéfice secondaire une investiture accordée par le parti d’Emmanuel Macron ?

Sur scène, Cécile faisant la visite et déclamant les caractéristiques techniques et opérationnelles des infrastructures dédiées à la surveillance vidéo et se tenant juste à ses côtés, admiratif, conquis par la compétence qui lui est déployée, Christophe, tombé sous le charme, s’exclamant : « Quelles qualités avez-vous là ? De chez nous… vous en êtes dorénavant ! De « La République en Marche », je vous l’assure, vous serez ici sa digne tête de liste ! ».

Tonnerre d’applaudissements, la population avignonnaise placée aux balcons et les fans aux premières loges se lèvent enthousiastes, une longue acclamation s’en suit, le rideau rouge tombe et la messe est dite ! Sauf que si ce scénario ainsi présenté devait vraiment se réaliser, nous deviendrions les spectateurs privilégiés d’une véritable erreur de casting.

En effet, Cécile Helle n’a jamais fait l’économie de ses griefs envers le pouvoir en place quand en décembre 2017, elle s’est fendue en tirades hostiles lors du vote d’une motion pour le maintien des emplois aidés en conseil municipal jusqu’à apporter tout son soutien et être présente lors d’un rassemblement organisé par l’intersyndicale de l’enseignement.

Et suite au mouvement des gilets jaunes, jusqu’à déclarer le 20 janvier 2019 dans un communiqué de presse :

« Il est clair que la stratégie de l’enlisement et de l’essoufflement du mouvement des gilets jaunes ne marche pas… Il est plus que temps de trouver une issue politique de sortie de crise, non pas en répondant aux questionnements des Maires mais de celles et ceux de nos concitoyens qui sont mobilisés depuis plusieurs semaines maintenant. ».

Non, vraiment, la caution de ce ministre ne suffira pas ! Il faudrait que Cécile Helle soit dotée d’un talent de comédienne hors-normes pour pouvoir aujourd’hui endosser le costume d’une tête de liste Macron-compatible… Puis c’est sans compter sur les préférences des Avignonnaises et des Avignonnais, parce qu’en matière de comédie, ils ne l’apprécient qu’en soirée de juillet et à la cour d’honneur !

Crédit photo : LP/Olivier Corsan